Home Cinéma Mythique Cinéma Indien 1910-1933 à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Mythique Cinéma Indien 1910-1933 à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Mythique Cinéma Indien 1910-1933 à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

Du 19 mars au 6 avril 2019, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé et la National Film Archive of India proposent de nous faire découvrir, dans le cadre d’une rétrospective inédite en France, les premiers films muets tournés en Inde entre 1910 et 1933.

Mythique Cinéma Indien 1910-1933 à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé #2

Le 3 mai 1913, un premier film, « Raja Harishchandra », qui sera perdu et fera l’objet d’un remake en 1917, inaugure une production devenue aujourd’hui florissante et colossale grâce à Bollywood !

Ces films muets du début du XX ème siècle sont inspirés par deux textes fondamentaux de l’hindouisme et de la mythologie hindoue, écrits en sanskrit : le Mahâbhârata, qui raconte de hauts faits guerriers et le Râmâyana, qui raconte la naissance et l’éducation du Prince Râma, un avatar du Dieu Vishnou. Le bien et le mal s’affrontent, les divinités luttent contre les démons, au fil de passages magiques qui rappellent les fameux « trucs », on dirait aujourd’hui « effets spéciaux », chers aux créations de Georges Méliès.

Un autre courant émerge dans cette production, le genre « dévotionnel » qui témoigne de l’admiration pour une divinité particulière.
La programmation de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé a privilégié la figure de Krisna qui apparaît sous les traits d’un petit garçon facétieux, doué de pouvoirs surnaturels, notamment dans le charmant et poétique « Muraliwala » de Baburao Painter (1927)

Mythique Cinéma Indien 1910-1933 à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé #3

[Photo extraite de l'affiche du Cycle « Mythique Cinéma indien » /Copyright National Film Archive of India]

Les comédies burlesques sont elles aussi à l’honneur et présentent des personnages qui font penser à Charlot…

Des raretés à ne pas manquer,  dans une belle programmation riche et variée

Toutes les séances sont accompagnées au piano par des élèves de la classe d’improvisation au piano de Jean-François Zygel du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.